Semaine du patrimoine de la jeunesse

Les châteaux à découvrir

En cette semaine du patrimoine de la jeunesse, plusieurs châteaux de la métropole liégeoise vous ouvrent leurs portes gratuitement ce 1er mai. Découvrez lesquels....

Château de Wégimont

Situé au milieu d’un parc de 22 ha, Wégimont doit son nom au premier occupant des lieux, un certain Wigger (1190). Le château, détruit en partie en 1636 durant le conflit qui opposa les Chiroux et les Grignoux, relève, au milieu du 19e siècle, du patrimoine de la famille d’Oultremont. Henriette d’Outremont, épouse du roi Guillaume Ier d’Orange, et son père Ferdinand reposent dans la chapelle située au fond du parc. En 1920, la famille d’Oultremont fait don du domaine à la Province de Liège qui y crée un centre de loisirs. Réquisitionné par les nazis de 1942 à 1944, le château connaît d’autres vicissitudes et est détruit en mai 1964 par un incendie faisant 17 victimes. Seules les dépendances sont aujourd’hui conservées.


Château de Warroux 

Le château de Waroux, reconnaissable à son élégante flèche élancée, ouvre les portes de la Hesbaye et en est le point culminant. Dans la première moitié du 14e siècle, il est témoin des luttes tragiques qui opposent les Waroux aux Awans, avant de passer, au début du 16e siècle, à la famille de Merode. Même si, à partir de ce siècle, le domaine connaît une série d’aménagements qui le transforment de simple donjon en demeure de plaisance, au fil de constructions alignées autour d’une cour centrale lui conférant une forme polygonale irrégulière, les traces de son passé médiéval sont encore bien visibles. Depuis 2005, parc et château sont propriétés de la Commune d’Ans qui propose au public de nombreux événements culturels. Les salles du château illustreront, en outre, ce 1er mai, la vie et l’œuvre de Pablo Picasso.

Château de Saive 

Construit au haut Moyen Âge sur un éperon rocheux, le château de Saive n’est mentionné dans les textes qu’au 13e siècle. Cette forteresse médiévale est constituée d’un imposant donjon de 20 m de haut, de remparts et de tours défensives. Depuis plus de dix ans, une vraie dynamique s’est développée autour du vieux château. Le donjon et les différentes structures encore debout ont été patiemment nettoyés et stabilisés. Ces travaux de conservation, notamment par le rejointoyage des maçonneries, ont souligné les formes et redessiné les volumes, permettant de mieux comprendre et d’apprécier l’ensemble. Une mise en lumière se développe un peu plus chaque année pour lui redonner toute sa majesté. Ce travail acharné de conservation sera mis en avant lors d’une visite ponctuée de panneaux didactiques.

Château de Dalhem 

Dans le cadre prestigieux de la vallée de la Berwinne, au milieu d’un parc de 5 ha, se dresse le château de Dalhem. Anciennement appelé château de Cromwez, il a été construit en 1912 par Henri Francotte, bourgmestre de Dalhem, en s’inspirant du style Renaissance mosane du 17e siècle. L’édifice présente des façades en moellons assisés percées de baies à meneaux, traverses et croisées. Deux tours à coiffes bulbeuses le dominent. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le château est cédé par le doyen Francotte, fils cadet d’Henri, à l’association La Maison de la Charité. Jusqu’alors demeure familiale, il devient un lieu de retraites et de rencontres pour les écoles et les paroisses de la région. Depuis 2003, une nouvelle association gère le domaine, les salles de réception et l’hébergement pour une soixantaine de personnes.

Château d’Aigremont 

Surplombant la vallée de la Meuse, le château d’Aigremont se dresse à mi-chemin entre Liège et Huy. L’origine du site remonte loin dans le temps et de nombreuses légendes s’y rapportent. Aigremont, alors véritable forteresse, relève d’abord de l’Église de Liège. En 1715, le chanoine Mathias Clercx acquiert la seigneurie qu’il enrichit par la construction d’un château conçu comme une résidence de plaisance. Il s’agit d’un exemple remarquable de l’architecture liégeoise du début du 18e siècle. Le luxueux intérieur contraste avec la sévérité de l’architecture extérieure. Les salons sont décorés de fines boiseries et de peintures murales. La cage d’escalier se compose d’un magnifique ensemble de peintures en trompe-l’œil. Enfin, les jardins à la française vous invitent à la flânerie.

Château du Val Saint Lambert

 Fondée au 13e siècle, l’abbaye du Val Saint-Lambert a connu une destinée singulière. Construits en plusieurs phases, les bâtiments claustraux sont en partie renouvelés, comme pour beaucoup d’abbayes, au 18e siècle. Ils seront encore modifiés, au 19e siècle, par l’implantation de locaux industriels après la sup- pression des ordres religieux à la Révolution. Face aux bâtiments claustraux originaux se dresse le palais abbatial, véritable château, construit entre 1762 et 1765. Reconnaissable à sa couleur sang-de-bœuf, son architecture est typique du Pays de Liège à cette époque. L’une de ses ailes est aujourd’hui exploitée en tant qu’espace évènementiel, tandis que l’autre accueille le musée du Verre et du Cristal. Son parcours ludique retrace l’histoire du verre au fil du temps et revient sur le développement de la cristallerie qui a rendu le site célèbre.

Les textes proviennent tous de la brochure "La vie de château en famille", que vous pouvez télécharger sur le site ici.